Sans titre

 

Sans titre

 

Aujourd’ hui, j’ai dit à quelqu’ un je t’aime

Combien d’ entre nous, osent regarder quelqu’ un droit dans les yeux et lui dire tout simplement, je t’aime

Moi, j’en ai eu le courage parce que ce quelqu’ un dont je veux vous parler mérite franchement tout mon amour

En faites, je ne l’aime pas, je l’adore

Il fut tout le temps avec moi , de l’ âge enfant à l’ âge adulte , en passant par la jeunesse , il a toujours été là pour moi malgré l’ oubli, , il était avec moi malgré mes gestes  , il est avec moi malgré mes paroles  , et il restera toujours avec moi  malgré  mes actes ,mes paroles aussi blessants qu’ humiliant

Et pourtant , je l’ ai tant blessé en le préférant à  d’ autres , en le tenant responsable de la plupart de mes échecs dans la vie , je l’ ai tant jugé à cause de ses imperfections , tant détesté parce que mes amis le critiquaient , mais il est resté , toujours loin de moi , aussi près de moi , il m’ accompagne telle mon ombre

Il a traversé avec moi, le désert du Sahara, le fond des océans, le froid glacial des pôles, la chaleur ardente des volcans,

Qu’ il pleuve , qu’ il vente , qu’ il neige , il s’ est accroché à moi , s’ adaptant à mes humeurs , à mes changements , à toutes les tortures que j’ ai pu lui infliger juste pour être parfaite , pas pour moi , mais pour les autres , il faut que je reflète l’image d’ une femme parfaite de mon époque

En voulant être ce que je ne suis pas , je me suis rendue compte que ce que je recherchais depuis des années , est là , tout juste à côté de moi , mais je ne l’ ai pas remarqué car en me focalisant sur ce que je n’ ai pas , j’ ai oublié que le bonheur se construit avec ce qu’ on a à portée de main et non pas avec ce qu’ on n’ a pas

Je ne l’ ai jamais remarqué parce que je le touchais avec d’autre mains , je l’ écoutais avec d’ autres oreilles , je lui parlais avec d’ autres langues , je le sentais avec d’ autre nez , je le regardais avec d’ autres yeux ,et il appréciait , il contemplait , souriait ,

Un malheur cesse de te faire mal quand on en connait la connaissance, je me suis remise en cause et j’ai enlevé tous ces superficiels, j’ai enlevé mes faux cheveux, mes faux cils, mes faux sourcils, mes lentilles, mes fausses hanches, mes faux seins, la gaine sur mon ventre

Et je me suis regardée dans le miroir en me voyant depuis très longtemps, pour la première fois comme ça, je me suis dite à moi-même, je t’aime,

Eh oui, je suis amoureuse de mon corps, de ma tête, de mon tronc, de mes quatre membres

Amoureuse de mes graisses

Amoureuse de mes rides

Amoureuse de mes tâches

Amoureuse de mes cicatrices

Amoureuse de mes imperfections

Amoureuse de mes cheveux crépus

Amoureuse de mes ongles

Amoureuse de mes cils

Je suis tout simplement amoureuse de ce corps qui a fait de moi autant la femme la plus heureuse que la femme la plus malheureuse et j' ai vécu une hystoire inoubliable avec chacun de mes memebres 

J’aime ce corps flagellé, caressé, fouetté, dorloté, écrasé, chéri, bafoué, aime, trainé dans la boue, mais toujours debout

C’est mon corps et je l’aime sans tricherie, j’ai appris à m’aimer, à me faire passer avant les autres, je me sens bien avec mon corps et je suis prête à aimer d’autres corps.

SYFA